Archives par Auteur

Reportage : j’ai repassé le bac philo

21 juin

Jeudi dernier, les boutonneux tardifs, fans de Facebook et autres lolitas en mini-shorts en denim et sacs à mains griffés sont passés par l’épreuve mythique de la philo. Dix ans après, l’Indécise karmique tente de repasser l’épreuve.

  • L’Indécise en terminale S

Jeudi matin, 8 heures. J’ai infiltré, incognito, les classes de matheux. Look de rigueur oblige, j’ai viré mes créoles et mon poncho pour enfiler un tailleur bleu marine et des ballerines Repetto. En guise de sac, un cartable d’institutrice en cuir (très tendance) et, pour tout accessoire, une calculatrice géante (vous savez celle qui permet de faire des projections, des intégrales et toutes sortes de choses uniquement compréhensibles par un élève de terminale S, justement). Ce n’est qu’en rejoignant mes petits camarades scientifiques que je me rends compte de ma grossière erreur : aucune binoclarde avec serre-tête vert sapin à l’horizon. Seulement des it-bags, des iPhone, des iPod, des iPad, enfin tout le stock des grands magasins boulevard Haussmann réunis. Conclusion numéro 1 : rien ne ressemble plus à un élève de terminale S qu’un élève de n’importe quelle autre terminale.

Mais revenons à nos moutons. Le sujet posé sur la table, les hostilités commencent. J’ai le choix entre trois disserts : Lire la suite

Quelle Cat’s Eyes êtes-vous ?

15 juin

Si vous avez plus de 20 ans (et moins de 50), vous avez forcément, à un moment généralement situé entre 6 et 11 ans, enfilé des collants bleu marine et un body noir piqué à votre mère en vous mettant un ruban d’œuf de Pâques dans les cheveux. Pourquoi donc me direz-vous ? Mais pour jouer à Cat’s Eyes ! Avec vos copines, vos cousines, ou mieux, vos deux sœurs, vous avez fait des sauts de chat dans la maison familiale en jetant les cartes de visite de votre père à la volée pour singer vos trois idoles nippones du petit écran. Une question essentielle mérite une étude psychanalytique de comptoir : laquelle des trois bombasses jap étiez-vous ?

Vous étiez l’aînée.

Cheveux épais, ongles vernis et look à la Monica Bellucci, c’est un peu la mama du groupe. Celle qui conseille, qui épaule ses petites sœurs et qui, sens des responsabilités oblige, n’est jamais partante pour les opérations casse-cou.

Les causes

  • Vous avez hérité de la tignasse frisée de tata Rachel.
  • Vous étiez l’aînée de vos sœurs, vos cousines, vos copines (en CE2, vous traîniez avec des CP pour pouvoir mieux les maîtriser).
  • Vous avez toujours aimé faire la "commandante".
  • Vous avez toujours fait la morale, même à vos parents, même à l’âge de 8 ans.
  • Vous avez toujours été la première de la classe.
  • On a toujours dit de vous "qu’est-ce qu’elle est mature, cette petite !" et pas seulement parce qu’à 8 ans, vos fringues, c’était du 12 ans. Lire la suite

Russel Crowe est une flèche

10 juin

Pourquoi faut-il aimer Robin des Bois ? Déjà parce que tout le monde a dit que c’était un très bon film. Même les gens du Festival de Cannes. Ensuite parce que Cate Blanchett est très bien refaite. Mais surtout parce que Russel Crowe remporte l’Oscar de la bombe-attitude. Critique anti-cinématographique très légèrement assujettie à la cause de la plastique renversante de Robin Hood.

J’ai adoré Robin des bois. Normal, tout le monde disait qu’elle était bien, cette version de Ridley Scott. En plus, présentée en ouverture du Festival de Cannes, ça fait bon film. Les scènes de chevauchées à travers les grands espaces sauvages, les images de fêtes moyenâgeuses relevées à la musique traditionnelle viking, le méchant au regard de lynx et à la cicatrice terrifiante, le gentil moine rigolo, tout y est. Bémol : pendant les scènes de manigances autour du trône, entre les adeptes de Prince Jean et du Roi Richard, entre les faux Anglais et les vrais Français,  je me demandais si Cate Blanchett avait vraiment bien fait de mélanger Juvéderm et Botox. Mais qu’importe : une scène a tout rattrapé. Robin, épuisé par ses chevauchées fantastiques pour rendre une épée à je ne sais plus qui, est tellement sale qu’il doit prendre « un bain ». Bon, on est au XIIe siècle, et niveau jacuzzi c’est plutôt une sorte d’auge à cochons. Comme il n’y a personne d’autre pour détacher l’armure de Robin Hood (bizarrement la bonne a disparu du secteur), c’est la belle-au-regard-figé Marianne qui s’y colle. Avec une sorte de dégoût, même. Genre : « Ah non mais tu ne m’intéresses tellement pas, Robin, même si mon ex est mort à la guerre et que je me retrouve toute seule dans un château avec un vieux de 80 piges pour toute compagnie, nan, vraiment, tes muscles saillants, ton torse rond, ta peau qui sue la chevauchée et ton regard bleu Klein, vraiment, non merci". Lire la suite

Bons plans n° 10 : les meilleurs hammams de Paris et sa banlieue

9 juin

Chaque mercredi, nous vous proposons une sélection de bons plans sur Paris et ailleurs, pour dîner, chiner, prendre soin de son corps, se cultiver… Cette fois-ci, parce qu’il est grand temps de faire peau neuve avant l’été afin de bronzer en beauté, nous vous offrons nos meilleures adresses de hammams en région parisienne. De véritables virées plaisir pour kiffer entre filles ou entre mecs, testées et approuvées par notre rédaction. Lire la suite

Sophie Hunger : le son jazz-folk à découvrir

31 mai

Depuis son passage à la Boule Noire à Paris et au Printemps de Bourges en 2009, Sophie Hunger a dévoilé en France ses talents de fille de scène : elle manie le piano et la guitare pour mêler le rock, le jazz et la chanson traditionnelle suisse, son pays d’origine. Découverte par Stephan Eicher, son compatriote, elle dévoile aujourd’hui ses multiples influences musicales au cours de trois concerts en France : à l’Aéronef de Lille le 1er juin, à la Cigale de Paris le 2 juin et le 3 juin à la Laiterie de Strasbourg. Lire la suite

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 249 followers