A la rentrée, ne me parlez plus de…

3 sept

Tiens, d’ailleurs, j’en ai un peu marre aussi de Rihanna…

OK, on est un peu en retard pour notre rentrée d’Arsenic et Petites Culottes, mais on n’avait pas envie de reprendre boulot et métro. Vous savez ce que c’est, on repousse, on repousse… jusqu’au moment fatidique. Et il est là ! C’est donc la rentrée, et je suis de très mauvaise humeur. Voici les sujets à ne pas aborder avec moi en septembre.

  • Les vacances

Comment ça, je ne suis pas sérieuse !? Évidemment que non, mais j’aimerais juste qu’on n’en parle plus pendant quelques semaines, pitié. Et désolée pour ceux qui ont pris leurs vacances en septembre, je sais, c’est pas juste. Question de respect ! Je suis encore en deuil. Idem pour les merguez, les chipolatas, les brochettes de porc marinées à la mexicaine et le rosé qui, en dehors de la sacro-sainte période de juin à août (réduite juste à août, cette année), sont carrément indigestes.

  • Marion Cotillard

Que dire… Je fais partie de ces très nombreuses femmes d’aujourd’hui (faites un sondage rapide autour de vous) que Marion Cotillard énerve. Depuis La Môme, elle est partout : Vogue, Elle, Grazia, Télé 7 Jours... Impossible d’échapper à la compagne de Guillaume Canet, qui, toute en faux cils et en pose glamour façon Nouvel Hollywwod, nous abreuve de non-révélations sur sa vie, la maternité, son amour du cinéma, ses théories du complot (l’effondrement des tours du World Trade Center, c’était le Pentagone)… Tous les réalisateurs la veulent (Woody Allen, Christopher Nolan, Steven Soderbergh, Jacques Audiard…), même pour un rôle secondaire avec deux phrases de texte, ou pour une mort ridicule dans le dernier Batman qui lui a valu de faire buzzer le Net cet été. Et on nous annonce désormais son retour en chanson cet automne dans des clips pour la maison Dior. J’ai une indigestion.

  • Les creepers

Mon effroi mode 2011-2012.

Rien que leur nom est un film d’horreur. Des chaussures mastodontes qui te font des pieds de Mickey, qui t’ancrent au bitume et qui font froid dans le dos (et qui te font la jambe fine, certes, tu as même l’air de peser 40 kilos avec des enclumes pareilles mais à quel prix…), oui, ça passe le temps d’un revival de nos années collège, mais c’est tout. Et estimons-nous heureuses qu’on ne nous ait pas imposé le retour de la doudoune Chevignon ou du T-shirt Waïkiki ! C’est rock, c’est punk, c’est underground, c’est décalé, c’est tout ce que tu veux, mais la creeper c’est surtout creepy !

  • L’imprimé animal

J’ai essayé de ne pas céder, mais moi aussi, j’ai désormais dans ma garde-robe des T-shirts arborant fièrement chiens, chevaux sauvages et autres chats (et je les garde, on ne sait jamais, ils pourraient revenir dans cinq ans). Mais cette fois-ci, je dis stop : la ménagerie arrête son cirque dans ma penderie en 2013, même si, paraît-il, elle est encore tendance cet hiver. Les tigres repérés sur le dernier défilé Kenzo, les félins d’Andrea Crews (OK pour un dernier sweat à tête de lion mordoré, mais c’est le dernier !) et de Paul & Joe, les chevaux d’Altuzarra, les hiboux de Burberry Prorsum (pour la plupart déclinés chez le copiste le plus opportuniste de la planète fashion, Zara) ne passeront plus par moi.

  • Le trikini

Paris Hilton et son élégance légendaire.

Heureusement, on ne va pas le voir avant au moins l’été prochain (qui ramènerait un trikini à la piscine en plein hiver ?), voire, avec un peu de chance, pendant des décennies. Mais soufflons d’aise, cette abomination, qui a débarqué sans crier gare sous nos yeux ébahis, remettait au goût du jour la vulgarité et le bling que seules les stars peuvent se permettre. Pourtant, des filles lambda l’ont osé sur la plage cet été (saluons leur courage ou leur inconscience) et ça m’a brûlé la rétine. J’ai besoin de repos, je suis parfois très premier degré mais j’ai choisi un une-pièce pour faire mes longueurs à la rentrée.

  • La coloration impossible

T’as déjà vu Gisele avec ces cheveux-là ? Non…

Le blond deux tons, le rose délavé, les mèches fluo… Dans la vraie vie, c’est quasiment impossible à porter : d’abord ça ne va pas avec la moitié de notre garde-robe, ensuite on se lasse, en plus, c’est pas écolo, enfin nos cheveux nous en veulent à vie. Heureusement, et là je dis bravo, en cette rentrée, on revient à la coloration naturelle, on vit notre chevelure façon Gisele, nature et wavy, comme la surfeuse que nous ne sommes pas mais que nous rêvons d’être. Bref, on soigne nos cheveux, on les chouchoute et on les remet en liberté. Même Rihanna et Katy Perry sont revenues à leur couleur d’origine (pour le moment !), c’est dire…

  • Françoise Hardy

C’est une fixette perso. Je n’ai jamais compris que cette maigrichonne sans voix, dépressive et atone ait été considérée un sex-symbol des sixties. Ça me dépasse complètement, je pense, mais quand celle-ci se lance dans des débats enflammés sur l’astrologie avec Elizabeth Tessier, je dis au secours. D’autant plus quand elle fait pleurer dans les chaumières en expliquant à des millions de lecteurs qui subissent vraiment la crise que François Hollande président, elle se retrouvera à la rue de son appartement dans le 16e arrondissement. Alors la retrouver en effigie dans la nouvelle collection Maje et sur les T-shirts de la marque When I Was Seven7een, c’est certes de la pure imagerie vintage, mais c’est surtout pour moi un non-sens, une tendance façon rébus ou une vaste supercherie, au choix.

  • Les it gâteaux

Choux Popelini.

Comme beaucoup, j’ai succombé au retour du cookie, au cupcake, au whoopie ou au chou à la crème, mais à 8 euros environ la bouchée, c’est cher payer l’indigestion au sucre et au beurre. Restons simple et allons à contre-courant ! J’annonce le grand retour dans mon four de la grosse pièce à couper en parts (souvent inégales, mais on s’en fout) : gâteau au yaourt, tarte tatin et moelleux au chocolat auront mes faveurs, parce que c’est convivial, c’est plus rapide à faire (j’ai pas tout mon temps de femme active à passer dans ma cuisine), c’est pas prétentieux et surtout c’est pas branché pour deux sous.

Me concernant, ceci s’applique désormais aux it girls (fi des Alexa Chung et autres squelettes), it bags (le Cathy de Lacoste en version mini, je vous le laisse) et autres it trucs (« Les fesses, les nouveaux seins », « Le cardigan, la nouvelle veste »…), je reviens aux valeurs sûres, c’est-à-dire ce que j’aime vraiment (pas toujours de bon goût, et alors !?), moi toute seule sans les magazines.

Dépeint par l’intégriste culturelle

About these ads

3 Réponses to “A la rentrée, ne me parlez plus de…”

  1. johan 3 septembre 2012 at 13:06 #

    « j’ai essayé de ne pas cédé  » moi aussi mais je ne peux m’empecher de vous signaler cette toute petite faute qui n’enlève rien au plaisir que j’ai eu a vous lire. a bientot

  2. Sarah 3 septembre 2012 at 21:10 #

    J ajoute charlotte Gainsbourg, les folkeuses qui minaudent sans savoir plaquer 2 accords et je te soutiens a fond sur la Cotillon !

  3. chloé 7 septembre 2012 at 08:34 #

    yerk Marion ! http://ht.ly/dx6lG

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 263 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :