Bien dans sa peau : fourrure or not fourrure ?

20 fév

Salut, le renard ! C’est moi, la connasse. Qui porte de la fourrure ! Pas par cruauté, je n’ai rien contre les bêtes, fussent-elles à poils, à plumes, à cornes ou à Bon Dieu. Mais parce qu’au cœur de l’hiver, quand les températures virent au négatif, aucune matière synthétique n’est capable de rivaliser avec la chaleur d’une fourrure véritable.

Et puis, aussi, c’est doux.

Depuis les années 80, porter de la fourrure, c’est mal. Je voudrais clarifier l’accusation : c’est mal parce des animaux sont tués  ? Ou parce que des animaux souffrent ?

 

« On peut juger de la grandeur d’une nation par la façon dont les animaux y sont traités. » Gandhi

On est bien d’accord, c’est la souffrance animale qui est dénoncée. Nul ne peut rester insensible face aux pratiques scandaleuses qui sont de mise dans certaines fermes d’élevage (85 % de la production mondiale de fourrure). Les reportages en « caméra cachée » pullulent sur Internet. Âmes sensibles s’abstenir : animaux suppliciés, pattes brisées, tout y est. En réaction, plusieurs designers de renom, tels Ralph Lauren, Vivienne Westwood ou Stella McCartney, se sont engagés à bannir les peaux d’animaux de leurs collections – d’ailleurs, Giorgio Armani vient de se faire tacler sévère par Stella pour ne pas avoir suivi le mouvement à l’occasion de la fashion week de New York 2012.

La solution ? Réclamer un meilleur encadrement de la manière dont ces animaux sont mis à mort, une législation renforcée et efficace éradiquant les pratiques expéditives courantes dans ces fermes, continuer à alerter l’opinion… Certes. Mais certaines campagnes orchestrées par ces mêmes défenseurs de la cause animale vont trop loin.

Exemple avec cette vidéo extraite de la campagne PETA (People for the Ethical Treatment of Animals)

Qui pourrait éprouver la moindre empathie à l’égard d’un agresseur qui bastonne une jeune femme avant de lui voler son manteau, fourrure ou pas ? Pareille barbarie ne saurait constituer un argumentaire pertinent pour dénoncer les actes de sauvagerie dont souffre le monde animal sous toutes ses formes, du braconnage à la zoophilie. Un autre exemple ? Allez, y a pas que les Ricains pour pondre des idées stupides sous prétexte d’images chocs, la preuve avec cette campagne bien de chez nous :

Dé-gueu-lasse. Autant le renard et sa peau de connasse peuvent faire rigoler (il y a dans le traitement esthétique de l’affiche un côté fabuleux, type Jean de La Fontaine, avec la papatte droite négligemment posée sur son écharpe humaine), autant ce visuel de chien écorché vif diffusé par la Société protectrice des animaux (SPA) suscite surtout du dégoût.

Où mettre la limite ?

« En opposant la haine à la haine, on ne fait que la répandre, en surface comme en profondeur. » Gandhi

Rien ne sert de stigmatiser les gens qui portent de la fourrure. Végétarienne depuis douze ans, je me suis toujours gardée de faire la moindre leçon aux carnivores de mon entourage, ayant toujours pensé qu’en plus de constituer une forme d’ingérence dans leurs us et coutumes alimentaires, tout laïus moralisateur serait avant tout contre-productif. Antifourrure et végétariens prosélytes n’arriveront à rien avec des sermons et des reproches. Oui, il faut se mobiliser pour éviter la souffrance inutile de créatures vivantes. Oui, les animaux, comme les plantes, ont peut-être une âme. Mais les images hardcore, c’est pas obligé pour faire passer le message. Exemple avec cette campagne archiconnue qui invite sans condamner. Oui, bon, d’accord, encore une nana à poil…

Quand PETA porte aux nues Elisabetta Canalis (l'ex de George Clooney).

Et pas qu’une en plus. Depuis des années, les people se bousculent pour poser dans leur plus simple appareil, de Natalie Imbruglia à Charlize Theron, en passant par la sulfureuse Eva Mendes. Sans fioriture et sans violence, cette campagne PETA mise sur la séduction et non sur la culpabilisation. La meilleure stratégie pour ceux qui comme moi croient plus aux vertus de la carotte qu’à celles du bâton.

Après, c’est une histoire de conscience, et d’assumer ses choix. Une thématique paradisiaco-infernale assez… présente.

Imogen Bailey est aussi une PETA.

Il suffit d’interroger son entourage pour constater que les avis tranchés sur la question sont rares ; en tout cas, rares sont ceux qui se prononcent sans nuance. Certains ne portent « que » du mouton mais « surtout pas » de vison, comme il m’arrive de manger « occasionnellement » du poulet mais « surtout pas » de porc. Je porte des matières comme le cuir ou la fourrure, mais l’idée de manger de la viande me fait grimacer ; pour ma voisine de droite, c’est l’inverse. A la question « Et le lapin, t’aimes ? », je réponds « carrément, surtout en manchon », elle répond « carrément, surtout à la moutarde ». Les pourfendeurs de l’industrie cunicole apprécieront.

C’est vrai quoi, ils sont choux, ces lapins. Mettez-vous à leur place.

 (\__/)
(=’.’=)
(« )__(« )

Allez, quoi ! Kiss cool… Le plus important, c’est d’être bien dans sa peau. Pour ma part, plutôt à poils qu’à poil. Mais promis, je jure de renoncer au cuir et à la fourrure le jour où le reste de la planète devient végétarienne. C’est de bonne guerre.

Une autre campagne PETA (@mediapeta.com) - Ils sont fort ces ricains.

Promulgué par l’Altesse mondialiste

About these ads

9 Réponses to “Bien dans sa peau : fourrure or not fourrure ?”

  1. Lili 20 février 2012 at 18:58 #

    Merci pour cet article. Je tiens à rajouter que l’horreur découle surtout du fait que, la plupart du temps, les animaux sont dépecés vivants. Pour moi, la cruauté, elle est bel et bien là.

  2. consofemmes 21 février 2012 at 15:31 #

    Pas d’accord sur le fait que seule la fourrure protège du froid de nos jours. Nombreuses sont les matières synthétiques qui protègent tout aussi bien (et heureusement). Cela est juste une « excuse » pour se déculpabiliser….

    • helene 22 février 2012 at 09:42 #

      je suis d’accord avec consofemme c’est uniquement de la mauvaise volonté et moi qui adore la fourure sur un vêtement de très beau synthétique sont fait et il est or de question de porter de la fourrure uniquement par principe comme ne pas manger de la viande halal

  3. Stelda 23 février 2012 at 00:25 #

    Je mange de la viande, j’adore le cuir mais je ne porte pas de fourrure naturelle parce que le contact me répugne. Alors que j’adore les plumes (et je ne me suis jamais posé la question de savoir si les plumes de marabout ou de coq leur étaient arrachées sauvagement).
    Pour ce qui matière naturelle vs matière synthétique, à moins d’investir dans des fibres de très haute technologie, le naturel tient toujours la corde! Aucune de mes polaires n’arrive à la cheville de mes pulls en laine ;-) Et les Inuits, s’ils ont survécu dans leurs contrées glaciales, c’est bien grâce à la peau d’ours, de phoque et à la graisse de baleine ;-) Suis pas sûre que Lafuma fasse mieux…
    C’est mon premier com’, j’en profite pour vous dire que je me régale à vous lire, les filles!!

  4. papasugar 23 février 2012 at 23:13 #

    Je suis aussi végétarienne, et je dois avouer que c’est pour la cause animale, et pour tenter d’éviter des souffrances inutiles. Autour de moi j’en parle.
    Souvent parce que qu’on me pose des questions sur le sujet « mais alors, tu mange quoi ? « , « t’as pas peur des carences ? », « comment tu fais au restaurant ? ». Du coup j’en profite pour expliquer qu’entre manger son steak à chaque repas et être végétarien voir végétalien, il y a un juste milieu plus accessible. Oui, on peut ne manger que quatre ou cinq fois de la viande ou du poisson par semaine. Il suffit de rajouter des légumineuses par- ci, des champignos par- là … En plus c’est plus sain.

    La fourrure j’ai du mal. Pour le coup j’ai l’impression d’avoir voler la peau d’un animal qui à souffert comme le dit Lili, alors que c’est vrai que comme le dit Helene, certaines matières synthétiques tiennes aussi chaud voir plus. D’ailleurs au ski, je ne voit jamais de fourrure, parce que ça ne protège pas de l’humidité et que ce n’est pas pratique pour les mouvements, pourtant, on à bien chaud !

    Le cuir, c’est différent. Je trouve ça très beau. Par contre, je l’achète généralement au salon bio qui se passe près de Paris deux fois par an, parce qu’on discute avec les vendeurs qui sont souvent les créateurs et/ ou les fournisseurs, qui savent d’où ça vient et comment sont traités les animaux. ( On peut se procurer des places gratuites dans les magasins bio type Naturalia, Biocop ou Mademoiselle Bio, en plus il y a des produits alimentaires qu’on peut goûter, des stands spécialisés en massages, cirages de chaussures, vêtements, materiel artistique … ) Mais j’évite au maximum le cuir quand je le peux. J’ai un sac en cuir que je garde deux/trois ans, voir plus si il tient le coup, j’achète des chaussures en synthétiques et je rajoute des semelles en cuirs, ou je les fais ressemeler, enfin j’use d’astuces pour à la fois me faire plaisir, tout en pensant quand même aux animaux.

    Je voudrais aussi ajouter que j’adore vraiment ce blog !

  5. chezlorette 2 mars 2012 at 16:42 #

    Alternative n°2 : acheter en seconde main :)

  6. ocedra 24 mars 2012 at 09:42 #

    Mon dieu je viens de regarder votre vidéo et je n’ai pas pu aller jusqu’au bout tellement je pleure je ne supporte pas voir les animaux souffrir du plus gros au plus petit ce sont des êtres humains j’ai déjà vu des reportages de petits phoques blancs c’était horrible merci de faire passer ces vidéos mais ce serai bien de faire passer sur les chaines télé comme il font pour la prévention routière pourquoi le faire pour nous et pas pour ces pauvres animaux mes larmes tombes sur les touches de mon clavier il faut que ces tueries cesses continuer vos actions MERCI

  7. Franky FFG 22 avril 2012 at 14:17 #

    « Bien dans sa peau » … en voila une belle expression qui résume tout !
    C’est d’ailleurs l’une de mes priorités dans la vie ^^

    Et si en plus, la peau en question peut se transformer en un écrin de douceur, de chaleur et de sensualité et combler une femme, c’est le top !

    Je respecte le point de vue des antis, à la seule condition que leur discours soit constructif. Sans vouloir rentrer dans le débat (qui, de toute façon, est stérile avec certains extrémistes), je veux dire à ceux-là, aveuglés par leur ignorance et leur niaiserie, d’aller se renseigner et de faire preuve d’esprit critique avant de dire n’importe quoi et se laisser manipuler comme des moutons …

    A titre exemple, qui vous dit que la PETA, organisation mondiale et puissante, n’aurait-elle pas payer ces bourreaux pour commettre ces atrocités, à de simples fins de profit ?

  8. Alain MAG 26 janvier 2013 at 13:22 #

    Les images servent à montrer la vérité, si à l’époque des camps de concentration, il y avait eu internet, ça n’aurait pas pu se développer (à moins de brider internet). Les gens qui font ces saloperies sont bien contents que leurs images ne soient pas diffusées (c’est toujours difficile de les filmer).
    Concernant l’utilité de la fourrure, je n’ai jamais vu d’alpiniste porter un manteau en fourrure. On sait très bien que les matières synthétiques modernes sont bien plus efficaces contre le froid.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 263 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :