Qui est le monstre Lady Gaga ?

30 mar

C’est en lisant une brève, il y a une dizaine de jours, qu’une révélation m’est apparue : Lady Gaga serait en fait une personne comme vous et moi. L’information relayée sur l’ensemble du web people faisait état de la plainte déposée par l’ex-petit ami et producteur de la jeune femme. Rob Fusari, qui affirme s’être fait jeter de la vie amoureuse (et du coup professionnelle) de miss Gaga juste avant que sa carrière ne décolle, revendique la paternité des textes de certaines des chansons de l’album The Fame. Il prétend même avoir trouvé le nom de scène de la star.

Alors là, ça m’a foutu un sacré coup. Comment ? La Lady aurait un ex ? Elle ne serait en fait qu’une New-Yorkaise de 24 ans, née Stefani Germanotta ? Tout d’un coup, ça le fait beaucoup moins… Mon idole du moment (que l’on finira un jour par brûler sur l’autel de la ringardise, comme toute starlette qui se respecte) porte le nom d’une fille avec qui on aurait pu partager un pupitre en classe de CE2. Pire, Lady Gaga serait la fille de quelqu’un.

Remise de mes émotions, je ne peux m’empêcher de retracer mentalement le parcours que nous avons parcouru ensemble (Gaga et moi, cela va sans dire).

  • "Poker Face", le clip : Premier choc linguistique (je ne sais pas, alors, ce que "po-po-po-po-poker face" signifie) et visuel (ma Lady est en body lamé bleu électrique). C’est la révélation. Peu importe le nombre de friperies et de sex-shops que j’aurai à écumer : pour le nouvel an 2011, c’est en Lady Gaga que je me déguiserai, sinon rien !
  • Elle se balade une tasse de thé à la main. Toujours. Certains auront plutôt retenu ses robes origami, ses chapeaux grandiloquents, ces faux-cils en plumes, ses perruques improbables et ses micro-culottes, soit ! L’essentiel pour elle est de faire de chaque apparition publique un happening ayant pour marque de fabrique un look oscillant entre la bimbo (créneau déjà occupé 7 000 fois par Britney il y a 10 ans) et le physique chelou (créneau habituellement trusté par Björk ou Marilyn Manson). De mon côté, je commence à soigner mes entrées au Bar des Sports, j’adhère aux faux-cils et autres postiches et j’entre pour la première fois dans une boutique Comme des garçons.
  • "Paparazzi", le clip : La chanteuse empoisonne son petit ami, après avoir elle-même bravé la mort et être passée par la case chaise roulante, le tout sous le regard (complice ?) des paparazzi. Nouveau coup de théâtre. En septembre 2009, le public découvre aux MTV Video Music Awards, yeux écarquillés, la performance scénique d’une Lady Gaga couverte de sang (faux, hein !) et suspendue à une sorte de crochet de boucher. Bon là, je ne peux pas rivaliser et me contente "d’être fan" comme dirait un Pascal Obispo un peu bourré.
  • "Telephone", le clip : En duo lesbien avec Beyoncé (qui trouve là un judicieux moyen de booster sa cote branchitude), Lady Gaga danse, défile et assassine à tour de bras. Les cathos intégristes s’offusquent et voient en elle Lucifer en personne, que dis-je, L’ANTÉCHRIST. Ces fanatiques anti-gay orchestrent en fait malgré eux un des plus jolis coups de comm’ de l’année. Et moi j’exulte dans mon canapé Maisons du Monde en envisageant sérieusement de rouler une pelle à ma meilleure amie samedi soir. Bon, ok, il va sans doute falloir lui demander sa permission.

Stefani Germanotta est sans nul doute une surdouée de l’image publique, la sienne. Son nom de scène ? Un hommage au tube "Radio Gaga", du groupe Queen. Si certaines grenouilles de bénitier voient en elle un monstre, ils n’ont peut-être pas tort. Gaga est bien un monstre, oui, mais de travail ! Une esthète (voui mâdâme) qui coproduit ses clips, scénarise tous ses concerts et met en scène chacun de ses déplacements avec un perfectionnisme frisant la maniaquerie. Parce qu’on ne naît pas Lady Gaga, on le devient.

Elle a d’ailleurs intitulé son dernier album The Fame Monster. Hé, plus lucide, tu meurs ! Pas de doute, la lady a beau être gaga, elle dépoussière sévère le genre "chanteuse à succès".

Infligé par l’Executive pétasse

About these ads

5 Réponses à “Qui est le monstre Lady Gaga ?”

  1. @nnoushka 30 mars 2010 à 17:59 #

    Je dois être très très vieille car moi elle ne me fait aucun effet! A aucun niveau lol

  2. meilleure amie 30 mars 2010 à 19:41 #

    on ne va pas faire un revival de nos soirées dans le marais déguisées en goudous!!!!

  3. serialbloggueuse 1 avril 2010 à 11:55 #

    moi, je suis passéé a coté aussi!
    certainement trop vieille également!
    mais je vais y retourner- je n’aime pas psser a coté d’1 truc "grandiose" sans savoir pourquoi!

  4. L'executive pétasse 3 janvier 2011 à 10:15 #

    Bon, au final, je me suis déguisée en Madonna version "Like a Virgin" pour le réveillon… On ne change pas une enfant des années 80 !

Rétroliens/Pings

  1. Exit Lady Gaga, vive Lady Yoga « Arsenic et Petites Culottes - 6 juin 2011

    [...] passe le tuyau, parce qu’aujourd’hui, c’est quand je tombe sur un clip de Lady Gaga et sa bande que je me demande « mais c’est quoi ces freaks ? ». Marre de superficiel, envie [...]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 251 followers

%d bloggers like this: